• Folon

    rapatriement :-)


    Folon est mort. Je l'avais lu cette nuit-là sans comprendre. Et ce matin, le métro, long bourdonnement jalonné de soupirs grinçants. Juste à attendre, rêver. Etrange sensation. Du dehors et du dedans. Une gamine assise sur un escalier, bardée de cuir, des talons comme des poignards, la gorge sanglée du rouge de son foulard, le corps discipliné, dressé dans la souffrance et l'épuisement, machine à obéir rongée par l'alcool et les nuits sans sommeil.

    Elle, réduite à peau de chagrin.
    Au-dessus d'elle, la fresque arc-en-ciel. Image encore inconnue de ses rêves pourtant présents. Elle les reconnaîtra un jour, les dessinera à son tour. Et toujours se souviendra de la lumière.



    Dans quelques jours, je retrouverai son dernier dessin.
    Mêmes formes, même lumière mais noire.
    Traits lourds, comme fatigués. Plombés.
    Et cette note en épigraphe : "Juste le vide. Vie entre parenthèse."
    Elle avait vingt-cinq ans.
    J'en ai quarante...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :