• Mais dis-moi tout, marionnettiste


    mon coeur de bois soudain s'inquiète
    que fais-tu donc de tes artistes, après la fête ?


    Bien sûr, nos vies n'étaient pas prêtes
    Bien sûr, c'est insensé
    Et je me rassure comme je peux
    J'écoute le vide
    J'espère et je crains un signe de ta part
    Trop tôt, trop vite, trop tout
    Et pourtant déjà...
    Alors j'improvise, je bouscule et je me cache
    Ton absence me protègera de trop d'impatience
    De mes fantasmes aussi
    Bientôt...
    Il me restera comme un mirage, une illusion...
    Le silence reviendra en moi.

    Peur même si j'en crève


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :